En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos règles de confidentialité quant à l'utilisation des cookies.

Rubriques

La qualité de vie

Label Villes et Villages Fleuris : La Ville obtient sa 2ème Fleur

Depuis l’obtention du label « Une fleur » en 1984, chaque année, la ville, inlassablement, a présenté sa candidature au concours des Villes et Villages Fleuris pour obtenir une 2e fleur. Les dernières orientations prises par la municipalité dans le domaine de l’environnement, les moyens mis en œuvre pour colorer notre cité de mille fleurs ont permis d’aboutir à cet objectif.
Félicitations aux élus et aux agents qui ont permis l’obtention de cette 2ème fleur méritée par leurs investissements.

Les aménagements réalisés depuis de nombreuses années répondent avant tout aux attentes de nos concitoyens, attachés à une certaine qualité de vie d’une « petite ville à la campagne ». Le service des Espaces verts, sous la conduite de Dominique Lafferrière avec Laurent Fleury, réalise avec passion un travail considérable : gestion responsable de ces espaces, conception et aménagement de nouveaux massifs mais aussi valorisation pédagogique du patrimoine végétal. Composés de 13 personnes, les services techniques tiennent une place prépondérante dans l’amélioration du cadre de vie.

Cette labellisation « Ville Fleurie » est pour eux un gage de reconnaissance de leur travail.

Zéro phyto

Sensible aux enjeux écologiques et sanitaires, la commune a signé en octobre 2016 la charte d’entretien des espaces publics avec la Fredon (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles).

Les 3 niveaux à atteindre de cette charte se définissent ainsi « Traiter mieux, traiter moins, ne plus traiter chimiquement ».

La commune de Valdahon a atteint le 1er niveau qui consistait à former le personnel technique et réaliser, après audit, un plan de désherbage des espaces communaux et le niveau 2 avec la mise en œuvre de  techniques alternatives et le respect des préconisations de la Fredon. A noter qu’actuellement, le désherbage chimique intervient seulement au cimetière.

Parallèlement, la commune souhaite que les particuliers prennent conscience, eux aussi, des dangers que représentent les traitements chimiques pour leur santé et celle de ceux qui les entourent. L’utilisation de pesticides a un effet néfaste sur tout l’environnement. Il n’est plus à démontrer l’impact de ces traitements chimiques sur la faune, la flore, la contamination des eaux et sur la perturbation de tout l’éco-système. Ces produits ne sont pas anodins. Il est donc impératif de raisonner leur usage et chacun à son niveau peut intervenir.

Et moi maintenant ?

Si j’ai un jardin ou des espaces privés, je me prépare à l’interdiction d’utilisation des produits phytosanitaires à compter du 1er janvier 2019. Des mentalités à faire évoluer, des nouvelles techniques de production à mettre en œuvre et une autre approche du traitement à concevoir.

Si je souhaite faire un geste citoyen, agir localement et concrètement, j’arrache une mauvaise herbe et je participe ainsi à l’entretien de ma cité lorsque je trouve le temps, la motivation et la volonté de le faire.

Si 1/3 de la population arrache une mauvaise herbe par jour en se déplaçant, cela fera 300 herbes folles détruites et un gain visuel pour la commune, un gain de travail pour nos équipes techniques et un geste solidaire citoyen.

N’ayons pas peur, cela prendra moins de 30 secondes et fera de nous un citoyen actif pour notre ville avec ce geste valorisant pour notre patrimoine public.