En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos règles de confidentialité quant à l'utilisation des cookies.

Rubriques

Patrimoine

La commune possède un patrimoine constitué d'anciennes maisons datant du XVIIIème siècle : la distillerie, quelques fermes avec cheminées monumentales, la fontaine de la Lièze… Pour faire découvrir ce patrimoine de l’histoire de Valdahon, la commune a édité un guide gratuit de « Découverte, randonnées et sentiers historiques pédestres » (Pour l’obtenir, s’adresser à l’accueil de la mairie). Le patrimoine de Valdahon avec, entre autres, …

L'Oratoire (1920)

L’Oratoire privé est situé rue de l’Oratoire et renferme une Vierge en bois de type artisanal. Il a été entière rénové. Cet oratoire dit « des crêts » a été élevé en 1820 par Claude Péquignot et même déplacé en 1870 pour gêne à la circulation.

La Chapelle du Chanoine Brachotte

La Chapelle a été bâtie vers 1830 par Claude-François Brachotte, illustre enfant du pays, docteur en Sorbonne. Il fait élever la Chapelle pour les habitants du quartier. Finalement, il en fait don ainsi que le logement attenant au bureau de bienfaisance de l’époque. Pour transformer et valoriser ce patrimoine est en chantier la création d'un bel espace culturel.

Vers le haut

La statue St-Michel

L’Archange St-Michel, le saint patron de la commune a refait peau neuve

L’Eglise de Valdahon est dédiée à l’archange Saint-Michel. Le saint patron marque sa présence à la commune par sa statue, rue St-Michel. Il a été installé pendant la seconde guerre mondiale et achevé en 1946. Dans la culture chrétienne, il est principalement représenté en chevalier ailé qui terrasse le diable (allégorie de la victoire de la foi chrétienne sur le mal). Il est fêté principalement le 29 septembre. Depuis de nombreuses années, la commune célèbre la Saint-Michel le dernier week-end de septembre avec une fête foraine.

La ville a lancé à la fin du mois de novembre des travaux importants et indispensables de rénovation. Le socle a été démonté et reconstruit à échelle moins importante, donc plus accessible visuellement par tous. La statue, quant à elle, a subi une véritable cure de jouvence avec un hydrogommage, permettant un nettoyage en douceur qui préserve les surfaces sensibles par la projection de l’eau et de la poudre. De plus, pour donner envie aux visiteurs de s’arrêter, un mur a été démoli et remplacé par de la végétation et du fleurissement, une terrasse au pied de l’archange a été posée et un banc devrait prochainement être installé afin d’en faire un espace de rencontres et de repos.

Vers le haut

Le Presbytère

Le presbytère (XVIIIème siècle) est une des plus anciennes bâtisses du Valdahon, appelé « l’ancien château » car il fut la résidence de la famille Lebœuf juste avant la Révolution. Il date de 1739 et devint un presbytère en 1871. Le 25 avril 2010, la cure du Valdahon était la proie des flammes. La toiture a été complètement embrasée. La commune a rénové le bâtiment qui a repris ses activités en 2012.

Vers le haut

Horloge de l'Eglise St-Michel

La commune de Valdahon a entrepris en octobre 2015 des travaux de restauration de la vieille horloge mécanique de l’église. Cette belle horloge, qui a été posée en 1920, pourra de nouveau fonctionner quelques heures après le remontage des poids.

Monuments aux morts

Le monument aux morts de Valdahon a été érigé en 1921 par Jules Guillin, marbrier-sculpteur. Installé près du jardin de la cure, il s’agit d’un obélisque reposant sur un socle. En 1993, en raison de la création de l’Espace Ménétrier, le monument a été déplacé à proximité de ce bâtiment. Pour la petite histoire, en démontant le socle, il fut trouvé à l’intérieur la liste des généreux donateurs du monument. (Une liste que vous pouvez retrouver dans l’ouvrage « Le Valdahon 1850-2000 – Tome 2 » d’André Badot aux éditions Dominique Guéniot.

L'Etang de la Lièze

Pour désenclaver les plateaux du Haut-Doubs, la ligne de chemin de fer Besançon-Le Locle est construite par la société du PLM. Elle sera inaugurée le 4 Août 1884.

Un réservoir est creusé vers les années 1882-1883. Il était destiné à acheminer l'eau nécessaire à l'alimentation des locomotives à vapeur jusqu'aux châteaux d'eau de la gare de Valdahon par le biais d'un système de canalisations.

Lors de la seconde guerre mondiale, les troupes d'occupation ont aménagé cette retenue pour l'utiliser comme piscine. Des barres et des échelles ont été scellées dans les parements, un escalier et un petit plongeoir ont été construits.

Au milieu des années 50, les motrices "diesel" remplacent les locomotives à vapeur. Devenu inutile, le réservoir est rétrocédé à la municipalité.

Par défaut d'usage et manque d'entretien régulier, les herbes aquatiques prolifèrent et bloquent les sédiments. Les poissons apparaissent. Le bassin amorce son comblement naturel. La maçonnerie se dégrade ce qui occasionne des fuites dans le barrage.

En 1985 se crée une association de pêcheurs. Elle obtient de la Mairie l'autorisation de réhabiliter et d'utiliser les installations. Le réservoir est vidangé, les sédiments repoussés dans la partie Sud, certains murets arasés, les fuites colmatées tant bien que mal et une réserve créée. Le plan d'eau se situant à proximité de l'emplacement de la vieille église qui en patois local se dit iglièse ou lièse, il prend le nom de : Etang de la Lièze (1).

La municipalité a valorisé le site. Un abri a été construit, des tables installées, des toilettes aménagées et l'eau potable amenée. Ce site est maintenant disponible pour les promeneurs et les pêcheurs.

La nouvelle municipalité a souhaité préserver ce patrimoine. Une étude géotechnique de la digue de l’étang a été menée à la demande de la ville en octobre 2015. En effet, la digue présentait de nombreuses fuites et l’équipement de la digue ne permettait plus de vidanger l’étang et la récupération du poisson. Les zones de faiblesse mises à jour par l’étude se situaient principalement au niveau du déversoir. Dans le courant de l’année 2017, ont été entrepris des travaux importants avec la reprise du déversoir et aménagement d’un bassin de dissipation ainsi que la mise en œuvre d’un moine en amont. Ces aménagements permettent ainsi la sécurité des biens et des personnes à l’aval de l’ouvrage et la mise en conformité avec le statut de la pisciculture à valorisation touristique


(1) Information tirée de l’ouvrage, "De Cicon à la Grâce-Dieu, Histoire des villages du canton de Vercel" de l’Abbé Alfred Bouveresse. Ouvrage édité à compte d'auteur. 1987.